S’il y a un peuple que nous admirons beaucoup à Fatre Consulting c’est le peuple chinois. De géant au pied d’argile (du moins tel que les occidentaux qualifiaient  la chine au 19eme siècle), la chine est devenu aujourd’hui la première puissance mondiale conquérant tous les secteurs sur son passage. Les secrets de cette réussite fulgurante sont de divers ordre parmi lesquelles: un peuple travailleur et profondément fier de son identité, des dirigeants visionnaires, un système éducatif orienté vers la production de richesse, un système productif ultra-performant, etc. Dans leur marche vers le sommet, les chinois s’intéressent particulièrement à un continent: le continent Africain. Cette intérêt est double: d’abord pour les matières premières et ensuite pour les opportunités d’investissement dans divers secteurs où les africains ont de la peine à s’imposer ou sont complètement absent parce que pour la plupart entrain de ronfler ou distrait dans les débats inutiles sur le football, la démocratie, les élections, la religion, etc. Trois de ces secteurs vont nous intéresser pour comprendre le comportement chinois sur le continent: Le secteur de l’automobile, du transport aérien et celui des brasseries.

  1. le secteur de l’automobile

Quand il y a de cela quelques années, les chinois avaient annoncé leur intention de bâtir une unité d’assemblage de véhicule au Cameroun, très tôt (et bien avant même), on a vu naitre des ateliers chinois de réparation automobile  un peu partout dans nos grandes villes; principalement Douala et Yaoundé. Cet apparition d’atelier de réparation  est loin d’être un fait anodin mais fait partie d’une stratégie bien rodée de conquête de marché. Cette stratégie a pour but de faire en sorte que les chinois récupèrent au maximum les retombés de leur investissement dans le monde. Quand un chinois a en vue de réaliser un investissement d’envergure dans un endroit du monde, très vite vous verrez que ses compatriotes vont investir les secteurs qui sont connexes à cet investissement. C’est le cas de l’unité d’assemblage de véhicule associés aux ateliers de réparation des ces véhicules. Actuellement, ces garages automobiles chinois s’occupent de l’entretien de toutes les marques d’automobile prisées chez nous. Mais il est clair que d’ici la sortie des premières voiture (dont l’exposition a eu lieu du 20 au 26 Avril 2017 à Yaoundé) des usines d’assemblage de Douala et Kribi, ces ateliers réparations vont de plus en plus se focaliser sur les véhicules chinois dont elles auront la tâche d’assurer l’entretien pour préserver au maximum le label ‘made in china’ qu’ils ne peuvent pas se permettre de laisser aux mains d’étranger.

2. Le secteur du transport aérien

Et la stratégie est la même dans le secteur du transport aérien. Ici, si vous êtes un peu observateur, vous verrez qu’il y a de plus en plus d’agence de voyage (qui commercialise les offres de voyages) chinois dans les villes de Yaoundé et Douala. Et qu’est ce que cela annonce ? Eh bien que dans un futur proche (même si aucune annonce officielle n’est encore sortie), les grandes compagnies aériennes chinoises vont ouvrir des désertes sur l’Afrique et s’intéresser  au marché intérieur Africain du transport aérien.

 3. Le secteur des brasseries

Même sonne de cloche du côté de l’industrie brassicole. Nous avons récemment observé dans la ville de Libreville au Gabon, l’apparition de plus en plus de centre de distribution de boisson tenu par des chinois. Et si vous nous avez suivez jusqu’ici, alors vous conviendrez avec moi que cela annonce l’entré prochaine sur la marché brassicole Africain d’un géant chinois des brasseries. Lequel et quand ? Là nous ne saurons le dire exactement mais une chose est sûre ça se prépare en coulisse.

Nous allons terminer cette article en lançant un appel aux entrepreneurs camerounais intéressés par l’industrie automobile, aux étudiants du domaine de la construction mécanique en particulier en liaison avec secteur de l’automobile (nous pensons à nos élèves  de mécanique auto dans nos lycées techniques, aux étudiants de la filière mécatronique des uit). Cet appel a pour but de dire que l’installation prochaine des usines d’assemblage d’automobile au Cameroun est une opportunité pour nous d’occuper la niche très lucrative de la sous traitance dans la fabrication et la fourniture des pièces et sous systèmes qui vont entrer dans l’assemblage de ces fameux véhicules. Ceci afin que le fameux slogan “made in Cameroun” que tout le monde a scandé durant l‘exposition récente de véhicule qui seront fabriqué au Cameroun ait pleinement son sens. Sans cela ça ne sera que du “made in China (vu que toutes les pièces seront fabriquées en chine) and assembled in Cameroun”.

Si cette article vous a plu et que vous estimez qu’il pourrait bénéficier à d’autres personnes dans leur travail au quotidien, veuillez le partager au maximum car l’amélioration des performances de nos entreprises est vitale pour nous tous et pour la survie de nos économie africaine. Par ailleurs, si nos analyses et conseils vous paraissent pertinent et que vous avez besoin d’analyse et conseils personnalisé n’hésiter pas à nous contacter ici. Nous serons ravis de vous écouter et de vous assister dans la démarche d’optimisation des processus de votre entreprise.

Advertisements